Achat Riad Marrakech

Lorsque l’on recherche un bien, il n’est déjà pas évident de trouver ce que l’on recherche, mais une fois que l’on a conclu son achat de Riad à Marrakech sur le site http://www.immocomplice.com/ , il est encore plus difficile de trouver quels sont les vices cachés du bien. Il est important de rester vigilant et de faire son maximum pour ne rien perdre de vue. Selon la loi marocaine, une fois que le compromis de vente et l’acte de vente définitif ont été signés, l’acquéreur est censé supporter les pertes et les risques liés à la détérioration du bien déjà acheté. Toutefois l’article 494 du DOC fait ressortir certaines ventes pour lesquelles la date de transfert des risques a été retardée, dans ces conditions le vendeur reste responsable des risques et pertes même si le bien est aux pouvoirs de l’acquéreur.

Lorsque les achats de Riad à Marrakech ont lieu, le vendeur est soumis à deux principales obligations : délivrer le bien vendu et garantir que ce dernier est en bon état. Sur le terrain ces deux obligations ne sont pas aussi simples qu’elles en ont l’air. En effet, l’obligation de garantie regroupe une garantie d’éviction et une garantie contre les vices cachés. La garantie de vices cachés dépend du fait que le vendeur soit un professionnel ou non. Pendant ce temps, l’obligation de délivrance va de pair avec une obligation de renseignement. Un vice caché est un élément, une imperfection ou un défaut qui rend le bien impropre à l’utilisation. Ces défauts apparaissent généralement après l’utilisation de l’objet, après un certain temps, après le changement des conditions environnementales, et ne sont pas détectables par des tests de routine.

Avec la garantie des vices cachés, l’acquéreur est protégé contre les vices et elle s’applique à tous les biens que l’on retrouve sur le commerce, qu’ils soient corporels ou incorporels, neufs ou d’occasion, meubles ou immeubles. Donc cette garantie peut être valable dans le cas d’achats de Riad à Marrakech. L’acquéreur ne dispose que de deux années à partir de la date de découverte du vice pour mener des actions en justice ou trouver une solution à l’amiable avec le vendeur. Généralement soit la vente est annulée et le prix de vente restitué ainsi que les frais liés à l’acquisition, soit l’acquéreur reçoit un dédommagement financier qui permet de réparer le vice ou réduire le prix de vente.

2 Responses to “Que faire en cas de vices cachés lors d’un achat de Riad à Marrakech ?”

  1. Je dois reconnaitre que cet article est assez rassurant quand même. Cela veut dire que même après la signature du contrat de vente, il y a des moyens de se protéger contre les vices que l’on peut rencontrer plus tard. Pourtant moi je pense qu’il est préférable de bien baliser tout autour de sa transaction. L’idéal à mon avis reste de se rapprocher d’une agence immobilière afin de mener sa transaction en toute sécurité.

  2. Merci pour cet article, il est très instructif. Il est vrai qu’on pense très rarement à « l’avenir » une fois qu’on a visité un bien et que l’on envisage de l’acquérir. On pense toujours que l’état des lieux est suffisant pour être en confiance. À la limite on prévoit de faire quelques petits travaux pour que le bien soit plus à notre image, mais on envisage rarement qu’il y ait des vices plus importants. Moi je ne m’y connais pas beaucoup en tout ce qui est menuiserie, maçonnerie, plomberie, électricité, etc. Je confie généralement ces activités à des professionnels. Je pense que je continuerais comme ça. Pour moi le mieux c’est de s’attacher les services d’une agence immobilière qui a fait ses preuves, ainsi on sait vers qui se tourner en cas de problème.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *