ouzbekistan

La République uzbékistan est un pays situé en Asie centrale qui compte environ 30 millions d’habitants et qui appartenait à l’ancienne république soviétique. Cet état est indépendant depuis 1991 et les pays qui lui sont frontaliers sont le Tadjikistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Turkménistan et l’Afghanistan. La capitale du pays est Tachkent qui compte plus de 2,7 millions d’habitants. Faire un trek en Ouzbékistan sur le site Cas-Uzbekistan. vous assure de découvrir des paysages atypiques et une population qui ne manquera pas de vous impressionner. Avant 1991, le pays était constamment soumis à la domination des grands empires comme les Perses, les Arabes, les Grecs, les Mongols, les Russes, etc. Le pays s’étend sur une superficie globale de 447 000 kilomètres carrés et on y retrouve essentiellement des bassins, la plaine désertique, des montagnes et des oasis. Le pays étant essentiellement désertique, seulement 10% des sols sont utilisés par l’homme pour faire de l’agriculture.

L’Ouzbékistan abrite à l’ouest une partie de l’un des plus grands déserts de l’Asie centrale, le Kyzyl-Koum, une partie du désert du Karakoum touche également le pays au sud-ouest. En faisant un trek en Ouzbékistan, vous aurez probablement l’opportunité de voir les fleuves les plus célèbres du pays comme l’Amou-Daria ou encore le Syr-Daria. Ces fleuves sont aussi les plus importants de l’Asie centrale. L’Amou-Daria mesure 1 437 km de long, tandis que le Syr-Daria mesure environ 2 100 km. L’Ouzbékistan affronte un climat de type continental à la fois sec et contrasté, en hiver, les températures peuvent descendre jusqu’à -10°C et en été elles peuvent monter jusqu’à 40°C et plus.

Faire un trek en Ouzbékistan et visiter les diverses richesses du pays peut laisser croire que tout y va à merveille. Il est important de savoir que l’environnement écologique de ce pays est mis en danger par la situation qui prévaut au niveau de la mer d’Aral. En effet, la mer d’Aral qui est partagée entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan diminue depuis les années 1960. Dans les années 1960, cette mer couvrait 68 000 km² et dans les années 2000 elle faisait la moitié de cette superficie. Si la situation continue d’évoluer dans ce sens, il est possible que d’ici 2025 la mer d’Aral n’existe plus du tout. Cette situation serait causée par les prélèvements d’eau qui y sont continuellement faits pour irriguer les cultures de coton. Des solutions doivent donc être mises en place afin de préserver cet écosystème.

Leave a Reply