content top

Le vélo, les navettes fluviales et les trottinettes pour protéger l’environnement

trotinette electrique

Le covoiturage et l’autopartage sont des méthodes qui se sont développées depuis quelques années, elles ont pris de l’ampleur dans de nombreuses villes. Leur objectif principal est de réduire l’émission de gaz à effet de serre en réduisant le nombre de véhicules qui circulent dans la ville. Ces méthodes de transport présentent d’autres avantages, parce qu’elles limitent les embouteillages et permettent à ceux qui s’en servent de faire des économies substantielles. Sur un trajet quotidien de 20 km par exemple, on enregistre une économie approximative de 1 500 euros par an. Une somme non négligeable. En dehors de ces méthodes communautaires, nous trouvons des méthodes plus personnelles comme le vélo en libre-service, en abrégé VLS. Le système de location des vélos en libre-service a vu le jour il y a quelques années, depuis ce temps le nombre de cyclistes a augmenté. Cette augmentation se fait aussi remarquer dans l’utilisation des trottinettes sur le site Urbanmove. En 8 ans l’utilisation de vélos a triplé dans les villes de Lyon et de Villeurbanne. Dans la ville de Bordeaux, 8% des déplacements dans le centre-ville se font en vélo contre 3% il y a 10 ans. Dans la ville de Strasbourg, les déplacements à vélo tiennent 15% de l’ensemble des moyens de transport.

C’est en 2007 que le système de location de vélo Vélib a vu le jour, en faisant beaucoup de bruits. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Paris n’est pas une ville pionnière dans ce mode de déplacement, encore moins en matière de trottinettes. Rennes est l’une des villes pionnières, elle a mis son système de location de vélo 10 ans avant Paris. Parmi les différents services de location de vélos que l’on trouve en France, nous pouvons citer Libre Service Vélo, MétroVélo, Vélo’v, etc. Voilà un moyen de transport qui a encore de beaux jours devant lui puisque sa croissance n’est pas prête à se relâcher, au contraire la courbe continue de croître. Les navettes fluviales rejoignent la longue liste des moyens de transport qui contribuent à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les navettes fluviales ont l’avantage d’allier économies, écologie et douceur de vivre. Ces bateaux-bus sont communs dans les villes maritimes ou fluviales et facilitent le transport des biens et des personnes. À La Rochelle on retrouve la compagnie Bus de Mer, le Passeur qui se sert de bateaux électriques. Dans la ville de Nantes, le transporteur le plus utilisé est Navibus, à Toulon on retrouve le réseau Mistral. On retrouve également des compagnies de navettes fluviales à Paris. Le principe de la navette fluviale est le même que celui du bus « normal » : il s’agit de transporter des personnes dotées d’un ticket ou d’un abonnement et de les déposer à l’arrêt concerné ou jusqu’au Terminus. Certes ce moyen de transport n’est pas comme la trottinette parce qu’il se déplace sur les eaux , mais il ne coute pas cher puisqu’il coute autant que le bus.

Read More

Comment les investissements dans le BTP au Maroc profitent-ils à l’immobilier à Marrakech et au Maroc ?

achat immobilier Marrakech

Le ministère de l’Équipement, du Transport et de la logistique, ainsi que toutes les administrations et établissements publics qui y sont rattachés ont déboursé plus de 32 milliards de dirhams pour le compte du secteur du bâtiment et des travaux publics. Pour le compte de l’année 2016, les investissements devraient dépasser la barre des 32 milliards de dirhams qui seront répartis entre les secteurs des ports et transports, des routes et autoroutes, du transport aérien, du transport ferroviaire, de la logistique et des équipements publics. Précisons que les investissements dans le BTP ne manqueront pas d’influencer positivement le secteur immobilier à Marrakech avec Atlasimmobilier, ce sont deux secteurs pratiquement indissociables l’un de l’autre. Une rencontre a d’ailleurs eu lieu dans la ville de rabat afin de présenter les programmes prévisionnels du secteur BTP. La rencontre était présidée par Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement, du Transport et de la logistique.

Cette rencontre a vu la participation de nombreux représentants du secteur, venant des différentes régions du Royaume, des médias nationaux, des présidents des régions, et des institutions du secteur. Grâce à cette rencontre, les professionnels et acteurs du BTP ont pu avoir une vision d’ensemble sur les besoins publics et les projets prévus pour le compte de l’année 2016. Tous ces projets seront développés dans le respect des conditions de transparence, de compétitivité et de bonne gouvernance. Des principes qui sont également appliqués dans le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc. Grâce à cette journée de concertation, les entreprises et acteurs du secteur BTP au Maroc ont eu l’occasion de mieux préparer la réalisation des programmes d’investissements prévus.

C’était également une occasion pour le ministre de présenter le bilan de l’ensemble des opérations de l’année 2015 qui ont atteint la somme de 28,2 milliards de dirhams, ce qui est inférieur à la somme de 36 milliards de dirhams préalablement prévue. Un taux de réalisation de 78%. Une autre articulation de la journée était la présentation d’un exposé sur les grandes réformes juridiques et constitutionnelles qui ont eu lieu dans le secteur du BTP. Ces réformes concernent principalement la transparence et la bonne gouvernance. Ces leviers sont des atouts pour le développement économique d’un pays, cela concerne également le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc en général. Le secteur du BTP et ses branches vitales ont connu une hausse importante dans la fréquence des réalisations pendant les dernières années. La grande partie de ces réalisations a été faite par des entreprises locales.

Read More

Faire un trek et découvrir l’Ouzbékistan dans toute sa splendeur

ouzbekistan

La République uzbékistan est un pays situé en Asie centrale qui compte environ 30 millions d’habitants et qui appartenait à l’ancienne république soviétique. Cet état est indépendant depuis 1991 et les pays qui lui sont frontaliers sont le Tadjikistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Turkménistan et l’Afghanistan. La capitale du pays est Tachkent qui compte plus de 2,7 millions d’habitants. Faire un trek en Ouzbékistan sur le site Cas-Uzbekistan. vous assure de découvrir des paysages atypiques et une population qui ne manquera pas de vous impressionner. Avant 1991, le pays était constamment soumis à la domination des grands empires comme les Perses, les Arabes, les Grecs, les Mongols, les Russes, etc. Le pays s’étend sur une superficie globale de 447 000 kilomètres carrés et on y retrouve essentiellement des bassins, la plaine désertique, des montagnes et des oasis. Le pays étant essentiellement désertique, seulement 10% des sols sont utilisés par l’homme pour faire de l’agriculture.

L’Ouzbékistan abrite à l’ouest une partie de l’un des plus grands déserts de l’Asie centrale, le Kyzyl-Koum, une partie du désert du Karakoum touche également le pays au sud-ouest. En faisant un trek en Ouzbékistan, vous aurez probablement l’opportunité de voir les fleuves les plus célèbres du pays comme l’Amou-Daria ou encore le Syr-Daria. Ces fleuves sont aussi les plus importants de l’Asie centrale. L’Amou-Daria mesure 1 437 km de long, tandis que le Syr-Daria mesure environ 2 100 km. L’Ouzbékistan affronte un climat de type continental à la fois sec et contrasté, en hiver, les températures peuvent descendre jusqu’à -10°C et en été elles peuvent monter jusqu’à 40°C et plus.

Faire un trek en Ouzbékistan et visiter les diverses richesses du pays peut laisser croire que tout y va à merveille. Il est important de savoir que l’environnement écologique de ce pays est mis en danger par la situation qui prévaut au niveau de la mer d’Aral. En effet, la mer d’Aral qui est partagée entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan diminue depuis les années 1960. Dans les années 1960, cette mer couvrait 68 000 km² et dans les années 2000 elle faisait la moitié de cette superficie. Si la situation continue d’évoluer dans ce sens, il est possible que d’ici 2025 la mer d’Aral n’existe plus du tout. Cette situation serait causée par les prélèvements d’eau qui y sont continuellement faits pour irriguer les cultures de coton. Des solutions doivent donc être mises en place afin de préserver cet écosystème.

Read More

La location de voiture à Saint-Denis à la Réunion permet de découvrir un nouvel environnement

location de voiture a la réunion

Faire une location de voiture à Saint-Denis à la Réunion  sur le site http://www.europcar-reunion.com/ permet de vous rapprocher de la nature. L’île se situe au cœur de l’océan Indien dans l’archipel des Mascareignes avec d’autres îles comme Madagascar ou l’île Maurice, pour ne citer que celles-là. Au départ l’île servait de colonie pour les esclaves qui y pratiquaient l’agriculture, la Réunion est depuis sa libération, il y a plusieurs siècles, un département de la France. On retrouve une faune et une flore diversifiées sur ce morceau de terre, ainsi qu’un volcan du nom du Piton de la Fournaise. Le Piton de la Fournaise est un volcan à deux cratères, un petit et un grand, il est encore actif et on assiste même à approximativement une éruption après neuf mois. Les touristes peuvent assister aux éruptions, dépendamment de leur position et voir en réel des coulées de lave, qui sont assez impressionnantes.

Avec ce rythme d’éruptions, et les quantités de laves qui s’écoulent, la configuration du volcan est constamment renouvelée. Ceci permet de maintenir le paysage dans une atmosphère minérale. Toutefois, une fois que les laves sont totalement froides, la colonisation par les végétaux peut commencer. Un phénomène que vous prendrez plaisir à découvrir si vous faites une location de voiture à Saint-Denis à la Réunion pendant qu’il a lieu. Les premières plantes à s’installer sont généralement les lichens, ensuite viennent les fougères et des arbustes. Le phénomène n’est pas très effectif en haute altitude, car le climat n’y est pas favorable au développement des plantes. Par contre, en basse altitude, les conditions climatiques sont favorables et en quelques dizaines d’années la forêt reprend du terrain.

Avec ces phénomènes, la flore commence à se faire supplanter par des espèces envahissantes et exotiques comme les goyaviers, les bois chapelets ou les filaos. Au sein de l’Enclos, la structure qui entoure le volcan, on retrouve quelques champs de vanille. Si vous avez fait une location de voiture à Saint-Denis à la Réunion, vous pourrez emprunter la route nationale 2, c’est pratiquement la seule infrastructure que l’on retrouve dans la zone, elle est d’ailleurs surnommée la « route des laves ». On trouvait également une zone de pèlerinage, dédiée à la « vierge au parasol », les laves ayant recouvert le lieu de pèlerinage en 2005, la statue a été emportée au village de Piton-Sainte-Rose.

Read More

Comment s’offrir un riad à Marrakech ?

immobilier à Marrakech

Marrakech est la « perle du sud », une ville magnifique à moins de trois heures d’avion de Paris et de toutes les grandes capitales européennes. Depuis de nombreuses années, elle fait rêver et donne envie à des milliers de visiteurs de s’y établir définitivement. Vous avez envie de commencer une toute nouvelle vie en vous offrant un riad à Marrakech ? Vous souhaitez avoir des conseils pour faire le bon choix ? Voici quelques petits tuyaux qui pourraient bien vous aider !

Trouver un riad à Marrakech !

Marrakech est la ville incontestée qui dispose le plus de riads au cœur de sa médina. Il existe de très nombreux riads en plein cœur de la médina de Marrakech. Il est souvent difficile de faire son choix, de savoir comme faire le bon et surtout de pouvoir trouver une maison qui puisse à la fois nous plaire, être un coup de cœur et s’adapter à notre budget.
Depuis le début des années 2000, les riads sont de plus en plus rares sur le marché et surtout de plus en plus chers. Dès qu’ils ont subis des transformations, d’une rénovation ou autres, les prix s’envolent vers des sommets. Il n’est pas rare de trouver des riads rénovés à plus de 500 000 voire même 1 000 000 d’euros selon la superficie, le quartier et les aménagements réalisés. Ne partez donc pas dans l’idée qu’un riad ne coûte rien et que l’on peut en trouver un prêt à être habiter avec quelques centaines d’euros, ce n’est plus le cas depuis plus d’une dizaine d’années même si les prix tendent à baisser depuis la crise économique qui a frappé le monde depuis 2007. Les prix restent tout même élevés car les biens en vente et d’exception sont assez rares sur le marché et que beaucoup de maisons ont déjà été transformées en maisons d’hôtes dans le but de profiter un peu de la manne touristique de Marrakech !

Que faut-il prendre en compte avant d’acheter un riad à Marrakech ?

Avant de commencer vos recherches, définissez vos critères : riad rénové ou à rénover, quartiers de la médina,… Cela vous permettra de partir sur de bonnes bases et de ne pas vous perdre dans le dédale des ruelles. Vous pouvez demander conseils à une agence immobilière sur ce site spécialisée dans ce type de transactions.
N’oubliez pas de vérifier que le riad que vous avez choisi dispose bien d’un titre de propriété légal et non falsifié pour éviter les petits soucis par la suite, après la vente. Beaucoup de biens ne sont pas titrés à Marrakech. Il faut donc rester méfiant et ne pas s’engager à l’aveugle dans une transaction même si le bien est un coup de cœur. Vous pourriez le regretter par la suite !
Bonnes recherches et bon achat à tous d’un magnifique riad à Marrakech !

Read More
content top